Programme Du Congrès

Programme mis à jour le 30 septembre 2017.  Visitez cette page pour des mises à jour et des informations plus détaillées. Cliquez Ici pour télécharger l'évaluation.

Lundi le 2 octobre, 2017 

    15h00 – 20h00     Inscription
Foyer East Convention Lobby

Commandité par:

17h00 -  18h00
Réception des délégués qui participent pour la première fois
Salle East Meeting Room 17, Meeting Level

 
18h00 – 21h00
Réception d’ouverture avec les exposants
Salle East Exhibition Hall B, Niveau Convention

Commandité par:   Crowe Mackay LLP

Allocution : Bruce Picton, président et chef de la direction, Crowe Mackay s.r.l.

Spectacle : The Le La La Dancers

Histoires culturelles : Richard Hurst, directeur des relations, Stratégies auprès des Autochtones, Indigenous Accountants Australia, Australie
 

Mardi le 3 octobre 2017

 
7h00 – 7h30 Cérémonie du lever du soleil
Salle East Meeting Room 20, Meeting Level

7h30 – 16h00 Inscription
Foyer East Convention Lobby
Commanditée par : [Higgins Executive Search] 

 
7h30 – 8h30 Petit déjeuner continental de réseautage / Visitez les exposants et le Café technologique Xerox 
Salle East Exhibition Hall B, Niveau Convention

Café technologique commandité par : [Xerox Canada logo] 

 
8h30 – 10h30  Prière / Allocutions de bienvenue / Mot d’accueil
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention

Mot d’accueil : Chris Sicotte, président du conseil d’administration, AFOA Canada
Terry Goodtrack, MPA, B.Admin, CPA, CGA, GFAA, AAPA, C. Dir., président-directeur général, AFOA Canada
Allocutions de bienvenue des coprésidents du Congrès: Miriam Jorgensen, M.P.P., Ph.D, chercheuse, Udall Center, directrice de recherche, Native Nations Institute, Udall Center for Studies in Public Policy, Université de l’Arizona, États-Unis
Harold Tarbell, Mohawk d’Akwesasne, propriétaire d’entreprise/modérateur principal, Tarbell Facilitation Network
 
9h00 – 10h30  Plénière d’ouverture – Gouvernance communautaire : démystifier la gouvernance
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention
Les politiques, les processus et la prise de décisions d’une communauté doivent être conformes aux pratiques de gouvernance de celle-ci. Comment la gouvernance communautaire diffère-t-elle de la gouvernance d’une entreprise ou de celle des autres types d’institutions? Comment la gouvernance traditionnelle joue-t-elle un rôle dans la manière dont une communauté se régit? Les différents modes de prise de décision portent-ils atteinte à la légitimité de l’organe de gouvernance de la communauté ? Comment les autres pays ont-ils traité avec les structures de gouvernance afin de mieux atteindre leurs objectifs économiques et sociaux ?

Partie 1 – Conférencier invité
Conférencier: ancien Chef national Ovide Mercredi, Assemblée des Premières Nations, Canada

Partie 2 – Discussion en table ronde
Panélistes : Michell Hicks, CPA, président, Chief Strategy Group Inc., États-Unis
Rod Little, coprésident, National Congress of Australia's First Peoples, Australie
Christian Lugnan, directeur régional, Coffs Harbour, Office of the Registrar of Indigenous Corporations et membre du comité aviseur, Indigenous Accountants Australia, Australie
Ancien Chef national Ovide Mercredi,  Assemblée des Premières Nations, Canada
Aîné et Chef Phil Tane, Nga Kaitatau Maori o Aotearoa, Nouvelle-Zélande 

 
10h30 – 11h00  Pause et rafraîchissements / Visitez les exposants et le Café technologique Xerox
Salle East Exhibition Hall B, Niveau Convention
 
 
11h00 – 12h15 ATELIERS EN SIMULTANÉ et SÉANCES D’INFORMATION
Atelier A Gestion financière - Que sont les normes IPSAS et IFRS©? – Pourquoi ces normes comptables sont-elles importantes à comprendre?
Salle East Ballroom A, Niveau Convention
La communauté autochtone est une composante importante du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public (CCSP) et du Conseil des normes comptables au Canada (CNC). La présentation portera sur:
Les stratégies et les projets importants en cours de développement au CCSP;
L’utilisation des normes internationales d’information financière (IFRS) dans le monde, incluant chez les organisations autochtones.
La présentation fera état des normes comptables à venir dans le secteur public et au niveau des normes IFRS, ainsi que des moyens de développer des liens et mieux comprendre le CCSP, le CNC et la communauté autochtone du domaine de la finance.
Conférenciers: Linda Mezon, FCPA, FCA, CPA (MI), présidente, Conseil des normes comptables au Canada
Michael Puskaric, directeur, Comptabilité dans le secteur public, CPA Canada


Atelier B Leadership - Le dividende démographique chez les Autochtones et les tendances internationales
Salle East Ballroom B, Niveau Convention
Dr. Simona Bignami présentera une opportunité de croissance économique rapide appelée le dividende démographique. Bien que les taux de fécondité chez les peuples autochtones du Canada sont toujours supérieurs à ceux des non autochtones, ils diminuent régulièrement au fil du temps. Cette session explorera comment tirer parti de la baisse des taux de fécondité chez les Premières Nations. Elle permettra de comparer l’évolution démographique des Premières Nations et des Maoris en Nouvelle-Zélande, des aborigènes australiens et des Amérindiens des États-Unis. Le dividende démographique consiste en trois mécanismes : augmenter l’offre d’emploi, augmenter les épargnes et avoir un capital humain et des femmes en meilleure santé.
Dr. Harry Patrinos présentera une évaluation pancanadienne de la pauvreté et des résultats socio-économiques chez les peuples autochtones dans le monde. Il explorera les données probantes sur les pays en développement qui soutiennent l’hypothèse que la pauvreté et la privation sont plus sévères chez les peuples autochtones et plus important encore, il expliquera comment la pauvreté et les autres tendances observées au fil du temps ont créé un écart économique entre les peuples autochtones et le reste des habitants des pays où ils vivent. Dr. Patrinos présentera l’une des principales théories qui permet d’expliquer pourquoi l’on retrouve des taux plus élevés de pauvreté parmi les peuples autochtones : le capital humain. La présentation portera sur les niveaux de pauvreté et les tendances chez les peuples autochtones comparativement aux moyennes nationales et elle analysera les différences en termes d’actifs de capital humain.
Conférenciers: Simona Bignami, Ph.D, professeure agrégée, Université de Montréal 
Harry Patrinos, Ph.D, gestionnaire spécialisé, World Bank Group, États-Unis
 

Atelier C 
Développement des affaires et commerce - Négociation d’ententes commerciales de plusieurs millions de dollars
Salle East Ballroom C, Niveau Convention
Avec son expérience de première ligne auprès des Premières Nations du Canada qui ont négocié des opérations complexes avec l’industrie, Andrew Leach décrira les étapes importantes pour négocier des ententes commerciales réussies. Il citera des exemples de cas et expliquera les opportunités et les pièges potentiels lors des négociations.
Conférencier:  Andrew Leach, MBA, directeur de l’administration, Nation Tsleil-Waututh
 
  
Atelier D 
Administration communautaire – Planification durable de l’environnement
Salle East Meeting Room 1, Meeting Level
“L’initiative collaborative de planification environnementale » (Collaborative Environmental Planning Initiative) est le résultat de la signature, par quatre ordres de gouvernement, de la Charte qui envisage un écosystème sain et productif du bassin hydrographique des lacs du Bras d’or. Venez en apprendre davantage sur la façon dont l’initiative a mené à une collaboration unique de responsables gouvernementaux, de dirigeants de communautés, de chercheurs et de bénévoles dans la promotion de la santé des lacs. Six secteurs économiques font partie du plan qui comprend l’agriculture, les pêches et l’aquaculture, la foresterie, les mines, l’énergie et le tourisme. L’une des questions importantes est « comment le développement durable dans les lacs du Bras d’or encourage les gens à rester ou à revenir ? » D’autres domaines seront abordés, incluant l’économie, les pratiques et le développement durable. L’initiative examine le potentiel du bassin versant des lacs du Bras d’or à contribuer à une économie durable pour le reste du XXIe siècle.
Conférenciers: Annie Johnson, directrice de l’administration, Unama'ki Institute of Natural Resources
Billy Taylor, agent financier, Unama'ki Institute of Natural Resources
 

Atelier E 
Milieu de travail sain/Ressources humaines – Enseignement novateur et mentorat en territoire auprès des jeunes Autochtones 
Salle East Meeting Room 2, Meeting Level
L’Australian Indigenous Education Company se spécialise surtout dans l’enseignement lors de camps organisés en territoire pour les jeunes Autochtones. Indigicate Pty Ltd utilize les systèmes de connaissances pour enseigner aux jeunes l’histoire et la culture par le biais d’incursions à l’école et de camps organisés en territoire. Parmi les méthodes d’enseignement, le processus autochtone de l’écoute du corps entier et de la localisation des sons encourage les participants à écouter, sentir, flairer et ressentir leur environnement. La présentation portera sur divers cas d’étude et des histoires à succès incluant la Coop Winda-Mara, le ministère du Sport et des Loisirs, le ministère de la Santé et des Services sociaux et l’université Deakin.
Au Canada, le National Mentorship Program for Indigenous Youth [TRADUCTION : programme national de mentorat pour les jeunes Autochtones] favorise l’émergence d’une nouvelle génération de professionnels autochtones dans le milieu des affaires qui détiennent un diplôme universitaire. Dans ce programme, des jeunes de la 10e à la 12e année sont mentorés par des gens d’affaires autochtones et ils en apprennent davantage sur le monde des affaires à travers une programmation et des activités uniques. Il améliore leurs connaissances des structures organisationnelles, de l’environnement du milieu des affaires, des partenariats et du développement économique. Le résultat du programme est de rendre les structures organisationnelles plus efficaces, d’adopter des approches plus créatives devant les défis que pose le milieu des affaires, de présenter des propositions de financement mieux rédigées et plus variées ainsi que de développer des modèles de développement économique communautaire plus durables. Les élèves qui participent au programme In.Business sont mieux préparés lorsqu’ils entament leur formation postsecondaire et ils sont bien au fait de besoins du marché de l’emploi lorsqu’ils terminent leurs études. De plus, In.Business aide les étudiants à surmonter les barrières sociales qui pourraient les empêcher de poursuivre des études postsecondaires.
Conférenciers : Shawn Andrews, directeur et fondateur, Indigicate Pty Ltd, Australie
Koren Bear, directeur régional pour le Pacifique, In.Business  (un programme national de mentorat pour les jeunes Autochtones), Université du Cap-Breton
Kyle Sangret, directeur; mentor In.Business (un programme national de mentorat pour les jeunes Autochtones), Université du Cap-Breton
 

Séances d’Information 1 
Répétée mercredi pm
La gestion de la richesse des Premières Nations à travers la bonne gouvernance
Salle East Meeting Room 8, Meeting Level
Des changements historiques sont en cours dans les communautés autochtones au Canada avec la mise sur pied de fiducies résultant de règlements de revendications territoriales, du développement économique, des ententes de répercussions et avantages et d’autres occasions d’affaires provenant du partage des ressources. Grâce à nos relations établies à travers le Canada, nous savons que les revenus et les immobilisations générés permettent aux fiducies créées d’avoir le potentiel de transformer une communauté en une entité qui est non seulement financièrement durable mais qui est également une entité autonome seulement si elle est gérée de façon efficace. Des cas réels vous seront présentés lors de cette séance, dans lesquels une gestion de la richesse a été mise entre mauvaises mains et d’autres exemples dans lesquels les avantages des bonnes pratiques de gouvernance sont utiles à la création de la richesse.
Animateur : Jeff Frketich, FCPA, FCGA, CFA, AVP – Services de fiducie, Peace Hills Trust
Conférenciers: Ken Blair, partenaire, Nation Crie de Chemawawin
Georgina Villeneuve, MBA, MTI, vice-présidente – Services de fiducie, Peace Hills Trust
 

Séances d’Information
2  
Éducation - La prestation de services de santé à l’intention des Premières Nations au Canada
Salle East Meeting Room 11, Meeting Level
Joignez-vous à l’Association des gestionnaires en santé des Premières Nations (AGSPN) pour en savoir davantage sur la prestation de services de santé à l’intention des Premières Nations au Canada. Lors de cette séance, vous en apprendrez davantage sur les différents environnements de la prestation de services de santé par les Premières Nations au Canada, sur l’historique de la prestation de services de santé et sur l’organisation qui contribue à la certification et au développement professionnel en matière de prestation de services de santé au Canada.
L’AGSPN célèbre et partage des connaissances inhérentes tout en équilibrant les principes de gestion en matière de prestation de services de santé à l’intention des Premières Nations. 
Conférencières : Marion Crowe, GFAA, GSPN, directrice générale, Association des gestionnaires en santé des Premières Nations
Patricia Thomson, GSPN, directrice générale, Première Nation de Cowessess et présidente du conseil d’administration de l’Association des gestionnaires en santé des Premières Nations
 


 
12h30 – 14h30 
Déjeuner -  Présentation des 12e Prix PotashCorp en gestion financière pour jeunes autochtones
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention
Les professionnels de la finance sont en demande dans nos communautés. Cependant, très peu de nos jeunes poursuivent une formation en gestion financière après le secondaire et de nombreuses communautés ont beaucoup de difficulté à attirer et retenir le personnel dans ce domaine. AFOA Canada a lancé les Prix en gestion financière pour jeunes autochtones pour apporter une solution à cet enjeu.
Présentatrice : Lisa Mooney, spécialiste principale des relations avec les Autochtones, PotashCorp
Récipiendaires des Prix : Amelia Boissoneau, 12e année, Blaine Lake Composite, SK
Brianna Francis, 12e année, North Nova Education Centre, N.-É.
Robert Monague, 12e année, École secondaire St. Mary's, ON

Commandité par : [PotashCorp]


 
2:45 pm - 4:15 pm
ATELIERS EN SIMULTANÉ et SÉANCES D’INFORMATION
 
Atelier F Gestion financière - Le coût élevé de la distribution par habitant
Salle East Ballroom B, Niveau Convention
La distribution par habitant (DPH) est devenue une pratique commune des deux côtés de la frontière, qu’elle soit effectuée en un seul versement provenant d’une entente de règlement ou sous forme de distribution annuelle des revenus autonomes. Ce panel examinera certaines des recherches menées aux États-Unis et suggérera des façons d’aborder la décision d’un point de vue stratégique. Plusieurs des pratiques novatrices en cours d’élaboration sur la structuration de la DPH seront examinées lors de cette session.
D’autres imposent des conditions de littératie financière et/ou retiennent les paiements jusqu’à ce qu’un mineur ait atteint une maturité une fois adulte. 
Conférenciers : Kelly Rodgers, CFA, président, Rodgers Investment Consulting
Leilani Wilson Walkush, consultante senior, Breakwater Investment Group, LLC, États-Unis

Atelier G Leadership – Développement économique durable et gouvernance communautaire autochtone – Comment mettre en lien les strategies et les résultats économiques et sociaux 
Salle East Ballroom C, Niveau Convention
Ngā Kaitatau Māori o Aotearoa (NKMoA) est le Comité exécutif issu d’un partenariat sur la collaboration en matière comptable avec PWC, EY Tahi, KPMG, BDO et Deloitte. NKMoA expliquera le travail à faire auprès de diverses organisations tribales, des entreprises Māori et de la communauté entière suivant une entente de règlement, afin de réaliser leur moemoea (rêves), whakakitenga (vision), rautaki (stratégies) qui permettent d’avoir une base économique durable et les moyens de réaliser leur tino rangatiratanga/autodétermination.
Cette présentation portera sur les secteurs primaires de mana-moana (la mer), mana whenua (la Terre) et mana tangata (les personnes) où seront mis en évidence certains défis et solutions rencontrés sur leur chemin vers le développement économique durable. Ils aborderont aussi l’incidence de la technologie et sur la façon dont ils réalisent leur développement économique en tant que peuple.
Maintenir l’autodétermination et l’autonomie est un élément clé de la souveraineté des Inuits de l’Arctique. Réalisant la vision de se doter de pratiques durables de pêche dans le Nord, une alliance appelée Arctic Fishery Alliance Limited Partnership a été mise sur pied pour partager les retombées des pêches aux communautés non côtières du Nunavut. Aujourd’hui, ce partenariat réussi utilise des pratiques durables et leur flotte inclut le Kiviuq 1, un bateau qui sert à la recherche sur les pêches et qui fournit des informations essentielles sur l’environnement pour les chercheurs qui travaillent dans le Nord. Cette discussion soulignera l’importance des connaissances traditionnelles, des pratiques durables et des avantages pour les communautés, dans un cadre de travail de développement économique.
Conférenciers : Rodney Nelson, C.Dir., PAED, AAPA, professeur, Université Carleton et président-directeur général de Global Governance Group
Kylee Potae, conseillère partenaire, directrice du secteur Māori, BDO Gisborne et représentante de Ngā Kaitatau Māori o Aotearoa (Réseau national des comptables Māori), Nouvelle-Zélande
 

Atelier H 
Développement des affaires et commerce - Le domaine de la finance a besoin des peoples autochtones
Salle East Ballroom A, Niveau Convention
Cette présentation vise à recadrer complètement la pensée. Lorsque vous demandez de l’aide pour résoudre la pauvreté intergénérationnelle chez les Premières Nations, nous demandons au gouvernement de financer ou de fixer le tout. La touche de « redémarrage » sur l’ordinateur est-elle trop usée ? Devrions-nous être à la recherche d’une nouvelle touche ? Le secteur financier doit trouver de nouveaux marchés, faire des profits et préserver le capital. Si les institutions financières créent des produits et des services pour aider financièrement et de façon saine les peuples autochtones, elles deviennent aussi plus riches et en meilleure santé, parce qu’elles font l’acquisition de précieux clients et de nouveaux marchés sont à leur dispositions. First Nations Foundations examinera comment le secteur financier profitera des possibilités économiques dans les communautés des Premières Nations.
La National Aboriginal Capital Corporations Association (NACCA) examinera la nécessité grandissante de capitaux pour investir dans le secteur en pleine croissance des entreprises autochtones. La NACCA est une association nationale d’institutions financières autochtones qui fonctionne par adhésion des membres. La NACCA soutien les institutions financières membres qui offrent du financement aux communautés et aux entreprises des Premières Nations, Métis et Inuits. La NACCA est engagée pour répondre aux besoins de ses membres et des entreprises autochtones qu’elles desservent.
Conférenciers : Shannin Metatawabin, directrice générale, National Aboriginal Capital Corporations Association
Amanda Young, directrice générale, First Nations Foundation, Australie 

 
Atelier I
Administration communautaire - Développement durable dans les parcs nationaux
Salle East Meeting Room 2, Meeting Level
En mars 1987, le Wreck Bay Aboriginal Community Council (WBACC) a été créé pour agir et exercer les pouvoirs en tant que propriétaire de terres autochtones. En contrôlant et en gérant ses propres terres et eaux, la communauté vise à devenir autosuffisante et à décider librement de son avenir et de son mode de vie. Le Conseil vise à être le propriétaire exclusif de toutes les terres et les eaux du territoire de Jervis Bay afin de faire du développement écologiquement durable et pour en recueillir des revenus, créer des emplois et atteindre la sécurité financière. Le Conseil veille également au développement social et culturel, basé sur l’éducation et la formation culturellement appropriée. Il gère conjointement le Parc national Booderee avec la direction des parcs nationaux d’Australie. La présentation décrira la panoplie d’exigences législatives, d’accords internationaux et du bail (entre WBACC et le directeur). La présentation décrira également la philosophie et la direction de la gestion du Parc national Booderee pour les dix prochaines années, de la perspective d’un propriétaire traditionnel.
La Réserve du Parc national Pacific Rim (RPNPR), une agence de Parcs Canada, a été établie en avril 1970. Il a été le premier parc national sur la côte ouest de l’île de Vancouver. Au cours des 20 dernières années, la RPNPR a travaillé en collaboration avec les Nations Nuu-chah-nulth (NCN) sur divers projets ainsi que sur l’administration et les programmes en lien avec le Parc. La RPNPR et les Nations NCN travaillent pour développer des opportunités économiques tels que des programmes de protection des plages, pour protéger et préserver l’environnement, accueillir et éduquer les visiteurs du Parc et sur la culture et l’histoire des Nations NCN et pour faire l’entretien de plusieurs sentiers dans le Parc. 
Conférenciers : George Brown, directeur des ressources humaines, Wreck Bay Aboriginal Community Council (WBACC), Australie
Karen Haugen, superintendante du Parc, Réserve du Parc national Pacific Rim (RPNPR) 


Atelier J
Gestion financière - Éducation financière et capacités 
Salle East Meeting Room 1, Meeting Level
Les communautés autochtones au Canada, aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande partagent plusieurs des mêmes possibilités pour garantir à long terme leur avenir économique, culturel et spirituel. L’une des clés de cette réussite est la littératie financière de la communauté autochtone. Le panel abordera les enjeux et les défis communs en matière de gestion des finances publiques et d’administration qui s’appliquent au Canada et dans le monde. La présentation portera sur les succès et les leçons tirées de diverses communautés.
BDO Canada travaille en collaboration avec des communautés et organisations autochtones partout au Canada pour atteindre leurs objectifs basés sur valeurs de la communauté. Nous partagerons les expériences communes d’enjeux et de défis en matière de gestion des finances publiques et d’administration qui s’appliquent non seulement au Canada mais au niveau mondial.
En 2015, AFOA Canada a publié un rapport d’évaluation des besoins et un cadre de travail national sur la littératie financière chez les Autochtones. Un résumé sera fourni pour aider les délégués à comprendre les besoins en matière de littératie financière chez les peuples autochtones au Canada et ce document présentera les cinq (5) piliers de la littératie financière. Les décisions financières que les gens doivent prendre à travers leurs parcours de vie seront soulignées et les recommandations pour l’utilisation du cadre de travail au sein des communautés autochtones seront discutées.
Les facteurs et les meilleures pratiques pour le développement des compétences en littératie financière au sein des communautés seront discutés. La Première Nation des Chippewas de Rama a mis au point le programme d’aide financière pour la communauté de Rama, un département au sein de la direction des finances fournit des prêts et des conseils, offre des ateliers et de l’enseignement aux membres de la communauté sur la littératie financière. Cette étude de cas illustre comment les communautés ont amélioré la littératie financière parmi les employés et les membres de la communauté.
Animateur / Conférencier : Giles Newman, associé et coprésident des Services nationaux aux Autochtones, BDO Canada
Conférenciers : Helen Bobiwash, CPA, CMA, GFAA
Rick Morano, CMA, GFAA, directeur des finances, Première Nation des Chippewas de Rama  

 
Atelier K Administration communautaire - Comprendre les biais comportementaux dans la prise de décision
Salle East Meeting Room 8, Meeting Level
La nature humaine fait en sorte que tout le monde apporte son propre ensemble de facteurs uniques au plan émotionnel et intellectuel dans les décisions qu’ils prennent quotidiennement. Dans le contexte de la gestion des portefeuilles d’investissement, ces facteurs, ou biais, peuvent avoir un impact énorme sur les résultats que les Chefs des Premières Nations sont en mesure de générer pour leurs communautés. À l’aide d’exemples humoristiques, pertinents et interactifs, cette présentation permettra aux participants d’identifier les biais émotionnels et intellectuels qui peuvent affecter leur capacité à prendre des décisions rationnelles et éclairées à long terme. Elle s’appuiera sur cette compréhension en fournissant des stratégies visant à aider les participants à élaborer des processus de prise de décision qui leur permettront d’anticiper les biais comportementaux pouvant avoir des conséquences négatives et qui leur permettront d’atténuer leur impact final.
Conférenciers : Andrew Hoffman, vice-président, gestionnaire de portefeuille, Leith Wheeler Investment Counsel
Michael Job, vice-président, gestionnaire de portefeuille, Leith Wheeler Investment Counsel
 
   
Séances d’Information 3  Éducation – Accroître le nombre de comptables autochtones
Salle East Meeting Room 12, Meeting Level
Indigenous Accountants Australia (IAA) est une initiative conjointe des deux principaux organismes professionnels pour les comptables en Australie – CPA Australia et Chartered Accountants Australia and New Zealand. Elle vise à soutenir les étudiants autochtones déjà engagés ou qui souhaitent entreprendre des études comptables et commerciales et à promouvoir la comptabilité comme cheminement de carrière professionnel pour les Autochtones en Australie. Le but est de travailler en partenariat avec certaines universités ciblées dans toute l’Australie mais aussi d’identifier des groupes commerciaux et communautaires dans les mêmes endroits pour augmenter le nombre d’Autochtones australiens diplômés et employés dans les entreprises/firmes comptable ou dans un domaine connexe. Venez entendre comment cette initiative a entraîné une augmentation importante du nombre des comptables autochtones partout au pays.
Étant donné que cette initiative a débuté en 2012, le nombre d’autochtones comptables avec un titre professionnel est passé de 11 à 34. L’implication des élèves est à son meilleur et le taux de rétention augmente. À l’heure actuelle, nous avons fait des liens avec 85% des universités partout au pays.
Conférencier : Richard Hurst, directeur des relations, Stratégies auprès des Autochtones, Indigenous Accountants Australia, Australie
Mark Jones, directeur de projet, Indigenous Accountants Australia, Australie
 

Séances d’Information 4
Éducation - Devenir gestionnaire financier autochtone accrédité (GFAA) et comment devenir comptable professionnel agréé (CPA)
Salle East Meeting Room 11, Meeting Level
Le titre de gestionnaire financier autochtone accrédité (GFAA) est rapidement devenu l’une des accréditations privilégiées pour les employeurs autochtones à la recherche de professionnels de la finance. Cette session présentera des informations sur comment devenir GFAA, cela peut être plus facile que vous ne le pensez ! Découvrez également les modifications apportées au programme de GFAA à travers le nouvel alignement GFAA-PACF avec CPA Canada. Vous pouvez maintenant suivre un programme avancé en comptabilité et en finance (PCAF) grâce à notre partenariat avec CPA Canada.
Conférenciers : Randy Mayes, GFAA, AAPA, directeur de l’Éducation et des Services aux membres, AFOA Canada
Doretta Thompson, directrice de la responsabilité sociale, CPA Canada



 
 17h30 – 18h30 Réception RBC Banque Royal (pour tous)
Salle East Ballroom C, Niveau Convention

Commanditée par : [RBC Banque Royale]

Divertissement : Murray Porter


   
18h30 – 20h30  ACTIVITÉ OPTIONNELLE - Panel de discussion (coût additionnel pour participer) 
Les 150 prochaines années – La puissance de l’arbre en fleurs - Planifier l’avenir en apprenant du passé 

Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention
Il est bien connu que les peuples autochtones occupent le Canada depuis des millénaires. En 2017, le Canada célèbre ses 150 ans depuis la Confédération. Cette période a eu un impact significatif sur les peuples autochtones au Canada et tous les Canadiens peuvent y réfléchir. Alors que nous préparons 150 prochaines années et les autres années subséquentes, il y a lieu d’identifier les possibilités et les défis qui doivent être abordés pour permettre aux peuples autochtones et aux communautés de se développer économiquement et socialement au sein du Canada.
Pour donner suite à la conversation tenue lors du Congrès national d’AFOA en février 2016 alors qu’ils ont été réunis pour la première fois de façon formelle, les anciens Chefs nationaux de l’Assemblée des Premières Nations discuteront des 150 prochaines années et des années subséquentes. Plus précisément, les panélistes aborderont des domaines tels que la réconciliation, la diversité et l’inclusion, la décolonisation et l’environnement. Que signifie la réconciliation et comment la réaliser? Comment nos actions futures pourraient façonner une société plus inclusive pour les peuples autochtones au Canada ? Comment les graines de la compréhension pourraient-elles permettre aux fleurs de l’arbre de s’épanouir dans un Canada inclusif pour les peuples autochtones et les Canadiens non autochtones ?
Panélistes : 
Ancien Chef national Georges Erasmus
Ancien Chef national Phil Fontaine
Ancien Chef national Ovide Mercredi
Ancien Chef national Delbert Riley

Modérateur: L'honorable Bob Rae,
P.C., C.C., O.Ont., c.r., LL.B., associé, Olthuis Kleer Townshend LLP, ancien premier ministre de l'Ontario et ancien chef intérimaire du Parti Libéral

Divertissement :
Murray Porter
Spectacle:
Tsatsu Stalqayu

Commandité par : [RBC Banque Royale]
   

 

Mercredi le 4 octobre 2017

 



7h30-16h00 Inscription
Foyer East Convention Lobby

Commanditée par : [Higgins Executive Search] 

 
7h30 – 8h30  Petit déjeuner continental de réseautage / Visitez les exposants et le Café technologique Xerox 
East Exhibition Hall B, Niveau Convention

Café technologique commandité par:  [Xerox Canada] 

 
8h30 – 10h00  Prière / Bienvenue
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention

Bienvenue : Chef Ian Campbell, Nation Squamish 

 
9h00 – 10h30  Plénière - Prospérité économique : les bénéfices sociaux d’une économie en santé
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention
De nombreuses communautés recherchent la prospérité économique. Toutefois, il peut y avoir d’autres considérations entourant la prospérité d’une communauté, incluant des éléments sociaux et culturels. Dans la foulée du développement de communautés économiquement durables, qu’est-ce que d’autres communautés ailleurs dans le monde ont appris sur ce qui fonctionne bien et que tirent-elles de ces expériences ? Comment un réseau international de professionnels autochtones peut-il travailler pour favoriser le commerce autochtone ?

Allocution : David Boisvert,
président et chef de la direction, Peace Hills Trust

Partie 1 – Conférencier invité
Conférencière invitée : Hinerangi Raumati-Tu'ua, directrice exécutive des opérations, Te Wananga o Aotearoa, Nouvelle-Zélande

Partie 2 – Discussion en table ronde

Panélistes : Luis Felipe Duchicela, conseiller pour les peoples autochtones, Banque mondiale, États-Unis
Lacey Horn, trésorière, Nation Cherokee, États-Unis
Robert Louie, LL.B., OC, Hon. Dr. LL. B, propriétaire, Indigenous World Winery et ancien Chef, Première Nation de Westbank, Canada
Hinerangi Raumati-Tu'ua, directrice exécutive des opérations, Te Wananga o Aotearoa, Nouvelle-Zélande
Benson Saulo, gestionnaire des occasions d’affaires pour les Autochtones, Australian Unity, Australie

Plénière commanditée par : [Peace Hills Trust] 

 
10h30 – 11h00  Pause / Visitez les exposants et le Café technologique Xerox 
Salle East Exhibition Hall B, Niveau Convention

 
11h00 – 12h15 
ATELIERS EN SIMULTANÉ et SÉANCES D’INFORMATION
Atelier L         Gestion financière – Exonérer les gouvernements autochtones des taxes retenues par les États-Unis
Salle East Meeting Room 1, Meeting Level
Plusieurs, sinon la plupart, des gouvernements autochtones et leurs fiducies paient leurs taxes au gouvernement américain alors que ce n’est pas nécessaire. Le fait d’éviter de payer des taxes américaines passe par la classification d’un gouvernement des Premières Nations comme un gouvernement étranger, ce qui permet l’exonération des taxes.
Le panel examinera une étude de cas sur l’impact financier des taxes retenues par les États-Unis. Pour une fiducie qui gère 50 millions de dollars en immobilisations, les taxes retenues par les États-Unis peuvent signifier des centaines de milliers de dollars pendant plus d’une décennie, alors que cet argent pourrait faire une différence significative dans la richesse de la Nation à long terme, et sa capacité d’influencer positivement la vie de ses membres. Les solutions novatrices comprennent la suppression des retenues fiscales par les États-Unis. La présentation portera sur les aspects juridiques ainsi que sur les aspects de la mise en œuvre des investissements. Le cadre mis en place par la Première Nation pour gérer sa fiducie et sa structure de portefeuille influera considérablement sur la facilité et la faisabilité de l’élimination des taxes américaines retenues.
La présentation fournira un guide étape par étape, y compris des exemples précis des communautés qui ont réussi à accroître leur revenu annuel grâce à l’élimination de ces taxes.
Conférenciers: Max Reed, LLB, BCL, associé, taxes canadiennes et américaines, SKL Tax
Kelly Rodgers, CFA, président, Rodgers Investment Consulting
 


Atelier M 
Leadership - Fiducies qui assurent une croissance durable à long terme
Salle East Ballroom A, Niveau Convention
Il y a beaucoup de nouvelle richesse créée par les Nations autochtones partout au Canada. Cela peut placer une énorme pression sur les dirigeants à utiliser leurs revenus pour répondre aux besoins immédiats, mais il faut aussi tenir compte des générations futures. Plusieurs pays dans le monde entier investissent les revenus provenant du développement des ressources naturelles non renouvelables pour répondre aux besoins futurs. Cette session explore les possibilités pour les Nations autochtones à créer leurs propres stratégies « souveraines » pour créer de richesse à l’aide de fiducies communautaires. Le fait de comprendre à la fois le caractère financièrement abordable d’une fiducie et l’impact que l’inflation peut avoir sur le pouvoir d’achat de la fiducie à long terme est essentiel pour parvenir à une croissance durable à long terme. Cette séance comprendra aussi le comportement historique du marché et les stratégies qui peuvent être considérés lors de l’élaboration de politiques effic
aces de décaissement.
La fiducie de la communauté d’Athabasca (Saskatchewan) sera présentée comme unique car elle a efficacement rassemblé trois communautés des Premières Nations en plus de quatre municipalités locales sous une seule structure fiduciaire. La fiducie vise faire des profits et à gérer les besoins économiques et sociaux à court et à long terme de ces communautés.
Animateur / Conférencier : Jack Jamieson, vice-président des services aux Autochtones, T.E. Mirador
Conférencier : Oliver MacLaren, associé, Olthuis, Kleer, Townshend LLP

Atelier commandité par : [T.E. Mirador] 

  
Atelier N 
Développement des affaires et commerce - Développement des entreprises autochtones et des marchés internationaux
Salle East Ballroom B, Niveau Convention
UNSW Business School prend en charge les Autochtones et/ou les gens du Détroit de Torres qui s’intéressent aux connaissances opérationnelles et pratiques du commerce pour renforcer et améliorer la vie de leurs familles et de leurs communautés.
Cet atelier permettra de partager les opinions sur les tendances en matière de développement ainsi que sur les résultats. Ces leçons sont tirées de forums d’affaires, de l’articulation de programmes à l’intention des Autochtones, des réseaux de diplômés, des occasions de perfectionnement professionnel et des partenariats notamment par le biais de nos programme AGSM Executive Education et MBA X.
Les points de vue de deux de nos diplômés autochtones en commerce sur leur propre cheminement en tant que leaders seront au cœur de cette séance. Ils présenteront les défis, les obstacles et les possibilités pour les jeunes autochtones quant aux perspectives en milieu urbain et en région. Enfin, ils évoqueront les leçons tirées de l’intersectorialité des cultures autochtones et du monde des affaires.
La portion d’Affaires mondiales Canada s’adresse aux participants ayant une expérience ou un intérêt dans le commerce et l’investissement international. Les participants pourront acquérir des connaissances sur les services, les programmes, les initiatives et les outils liés à l’exportation et sur la façon d’attirer les investissements dans leurs communautés. Cette séance est moins appropriée pour ceux et celles dont l’intérêt principal porte sur les produits agricoles (p. ex. tout ce qui est comestible) puisqu’Agriculture et Agroalimentaire Canada possède ses propres programmes et ressources.
Conférenciers : Rebecca Harcourt, directrice de programme, Indigenous Business Education, UNSW Business School, Australie
Bobby Shade, directeur, Native American Global Trade Center, The National Center for American Indian Enterprise Development, États-Unis
Nicole Van Hove, déléguée commerciale, secteurs minier, pétrolier et gazier, Affaires mondiales Canada
Owen Walsh, consultant en cybersécurité, KPMG, Australie 


Atelier O 
Administration communautaire - Une approche concertée au renforcement des capacités pour les rôles de gouvernance - Te Tumu Paeroa
Salle East Meeting Room 12, Meeting Level
Te Tumu Paeroa est une organisation fiduciaire indépendante et professionnelle créée légalement. Notre vision est d’appuyer les propriétaires fonciers et les fiduciaires afin qu’ils utilisent leurs terres à leur plein potentiel, créant ainsi un héritage pour la génération actuelle et les générations qui suivront. À notre avis, le développement de notre territoire nécessite le développement réussi de notre peuple, qui est notre meilleur atout.
Te Tumu Paeroa gère :
95 000 hectares de territoire dont les Māori sont propriétaires;
L’administration en soutien à 2 000 fiducies et entités;
Les comptes de 100 081 propriétaires;
106.7 millions de dollars en fonds de ses clients.
Te Tumu Paeroa soutient les fiduciaires dans l’exercice d’une bonne gouvernance et d’un leadership en ce qui concerne leurs actifs pour les générations actuelles et futures. La vision des organisations a nécessité l’établissement de programmes et de relations pour offrir un programme de développement des capacités axé sur l’avenir et la pérennité. De par cette tâche, l’organisation a soutenu le développement d’une gamme de programmes de gouvernance comme Te Tumu Whairawa avec des organisations telles que KPMG et Ngā Kai Tatau o Aotearoa pour soutenir les fiduciaires et les bénéficiaires dans leur compréhension de l’information financière, de la reddition de comptes et de la surveillance financière.
Conférenciers : Ngāti Porou Neville King, directeur de la gouvernance, Te Tumu Paeroa, Nouvelle-Zélande
Riria Te Kanawa, directrice des services-conseils sur le rendement, KPMG, Nouvelle-Zélande 

Atelier P
Leadership - DDPA de l’ONU : Mettre en œuvre des principes politiques dans un plan d’action pour la réconciliation
Salle East Ballroom C, Niveau Convention
Le gouvernement canadien accepte la Déclaration comme étant une base de principes communs, mais il échoue dans sa mise en œuvre. Les peuples autochtones n’accepteront pas cet échec après des décennies de plaidoyer. Cette présentation interactive discutera des cinq points de mesures immédiates qui permettront de relancer la Déclaration. Les cinq points d’action pour la réconciliation aborderont : 1) le consentement libre et éclairé, 2) le rôle des Autochtones dans la réforme juridique, 3) les droits des peuples autochtones à leur culture, 4) les obligations en matière de développement des ressources naturelles et 5) le traité économique et les droits des peuples autochtones.
Conférencier : Merle C. Alexander, associé, Indigenous Law Group, Gowling WLG s.r.l. 

   
Séances d'Information 5 
Education - NOUVEAU programme d’AFOA pour la certification des élus autochtones
Salle East Meeting Room 8, Meeting Level
Découvrez la nouvelle certification pour les élus (Chefs et Conseil), les jeunes et futurs dirigeants autochtones. Le programme permettra d’améliorer les connaissances, les compétences et le perfectionnement professionnel des élus pour leur permettre de mieux exercer leurs fonctions et bâtir la prospérité et le mieux-être financier de leur communauté. Le programme permet d’établir de nouvelles occasions de réseautage, de nouveaux environnements d’apprentissage et d’avoir accès aux meilleures pratiques pour travailler avec des organisations autochtones et des Premières Nations à tous les niveaux. Le programme est spécialement conçu pour définir des normes de compétences de haute qualité et pour offrir des possibilités d’apprentissage qui permettront aux dirigeants autochtones et aux futurs dirigeants travaillant dans les communautés des Premières Nations d’acquérir les connaissances et les compétences requises pour améliorer leurs rôles de leadership au service de leurs communautés. Le programme se déroule en quatre sessions de deux jours. Participez pour obtenir détails sur la première cohorte en 2017/18.
Conférenciers: Simon Brascoupé, MA, AAPA, GSPN, vice-président, Éducation et Formation, AFOA Canada
Manon Lamontagne, MA, MBA, RSC, AAPA 


Séances d'Information 
 
‘Whanake Mauriora’: Investir pour le développement des futurs chefs d’entreprises – développement des compétences, réalisation du potentiel et transformation des jeunes professionnels
Salle East Meeting Room 11, Meeting Level
Des milliers de diplômés en comptabilité et en affaires graduent à chaque année des universités de la Nouvelle Zélande, mais pourquoi si peu sont des Autochtones? Comment réagissent les organismes ? Comment les Iwi (Nations) investissent-elles dans l’intendance future des richesses communautaires issues des ententes de règlement par le biais de traités? Nous examinerons cette situation à travers les yeux d’un étudiant, un diplômé et de l’ordre professionnel comptable. Nous discuterons comment organisations tels que l’association des experts-comptables en Australie et Nouvelle-Zélande et Māori de Ngā Kaitatau o Aotearoa (le réseau national des comptables Māori) réalisent et développent le potentiel le potentiel des Autochtones en la matière. Des organisations ont adopté des politiques pour la qualification des Māori (la population autochtone), par le biais d’une image de marque, de l’investissement et de la sensibilisation afin d’aider à parvenir aux résultats économiques et sociaux souhaités. Nous présenterons des initiatives que des organisations mettent en œuvre pour stimuler la croissance à partir de la base et nous expliquerons comment les activités répondent directement aux besoins de bâtir les capacités chez les jeunes Māori. Whānau (la famille), les universités, les ordres professionnels, les employeurs et les réseaux de soutien seront tous examinés quant à la façon dont ils ont façonné le cheminement à ce jour et sur leur engagement à investir dans l’avenir des futurs chefs d’entreprises Maori Aotearoa (Nouvelle Zélande).
Conférencières : Mere George, associée, GHA Chartered Accountants and Management Consultants et vice-présidente de Ngā Kaitatau Māori o Aotearoa, Nouvelle-Zélande
Ariana Adams, étudiante, Université de Waikato et ancienne représentante des étudiants, Ngā Kaitatau Māori o Aotearoa, Nouvelle-Zélande
Tamati Smith, consultante, membre du conseil d’administration de Ngā Kaitatau Māori o Aotearoa, Nouvelle-Zélande
Kateriina Selwyn, directrice de la division Māori, Chartered Accountants Australia and New Zealand (association des comptables professionnels en Australie et en Nouvelle-Zélande)
 

Séances d'Information 
7
 
Éducation - Cheminer vers le leadership autochtone et l’autonomisation économique
Salle East Meeting Room 2, Meeting Level
L’expertise financière et la gouvernance « par » les peuples autochtones et non « pour » les peuples autochtones est un cheminement vers le leadership et l’autonomisation économique. S’appuyant sur la recherche par l’ORIC (le bureau du registraire des sociétés autochtones en Australie), le rôle significatif de la comptabilité et de la gouvernance sera discuté dans le contexte de l’avancement de la puissance économique des peuples autochtones.
S’éloignant du « tout faire » pour les peuples autochtones, l’inclusion culturelle respectueuse est la voie à suivre pour les entreprises et les professions en Australie. L’importance des langues autochtones comme fondement de l’identité sera discutée car elle ne vaut pas seulement pour les Autochtones et les insulaires du détroit de Torres, mais pour tous les Australiens.
En mettant en évidence le rôle puissant des compétences en affaires et en finance, nous discuterons de la façon dont ces compétences sont essentielles pour « combler les écarts ». Combler le fossé [TRADUCTION] « est une stratégie gouvernementale qui vise à réduire le désavantage chez les Autochtones et les insulaires du Détroit de Torres en ce qui concerne l’espérance de vie, la mortalité infantile, l’accès à l’éducation dès la petite enfance, la scolarité et l’emploi » (HealthInfoNet, 2016). Christian Lugnan siège au conseil d’administration d’un service local de santé autochtone en Australie et discutera de ses observations quant au lien entre les compétences en affaires et les indicateurs relatifs à l’amélioration de la qualité de vie.
Conférenciers : Dr. Luisa Lombardi, CPA, présidente, Indigenous Accounting and Business Conference, professeure, Deakin Business School, Deakin University, Australie et membre du comité du Congrès
Christian Lugnan, CPA, directeur régional, Coffs Harbour, Office of the Registrar of Indigenous Corporations (bureau du registraire des sociétés autochtones en Australie) et membre du comité aviseur, Indigenous Accountants Australia (association des comptables autochtones de l’Australie), Australie
 
   

 
12h30 – 14h30 
Déjeuner – Le pouvoir du mentorat
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention
En 2008, l’Initiative de la Famille Martin (IFM) et Comptables professionnels agrées du Canada (CPA Canada) ont mis en place un programme pour les élèves autochtones du secondaire afin d’augmenter le taux de diplomation, encourager l’inscription dans les programmes d’études postsecondaires et soutenir les étudiants au moment d’évaluer leurs possibilités d’études postsecondaires dans diverses carrières, y compris dans le domaine des affaires. Les compétences développées dans le programme de mentorat aident à débloquer le potentiel de chaque élève et les expose à un éventail d’options de carrière dans des domaines traditionnellement sous-représentés par les jeunes Autochtones. Joignez-vous au Très Honorable Paul Martin, P.C., C.C. et à Kevin Dancey, FCPA, FCA, coordonnateur national du programme de mentorat de CPA et de l’Initiative de la Famille Martin. Ils exploreront le succès du programme et d’autres programmes que l’IFM et CPA Canada ont mis au point pour appuyer le renforcement des capacités et accroître littératie financière dans les communautés autochtones.
Animatrice: Dr. Carlana Lindeman, directrice du programme études, Initiative de la famille Martin
Panélistes : Kevin Dancey, coordonnateur national du programme de mentorat de CPA pour les jeunes Autochtones du postsecondaire
Simon Brascoupé, MA, AAPA, GSPN, vice-président, Éducation et Formation, AFOA Canada

Déjeuner commandité par : [CPA Canada]


 
14h45 – 16h15 
ATELIERS EN SIMULTANÉ et SÉANCES D’INFORMATION
 
Atelier Q  Financial Management - Alternatives pour la comptabilité et la gestion financière
Salle East Ballroom B, Niveau Convention
Dans un paysage technologique sans cesse en mouvement, des modèles alternatifs sont actuellement proposés et appliqués dans le monde de la comptabilité et de la gestion financière dans toutes les industries.
S’appuyant sur les progrès dans le secteur technologique, l’avenir de la comptabilité sera moins transactionnel et davantage axée sur les connaissances. Au final, l’entregent et la connaissance approfondie des secteurs d’activités sont tout aussi importantes que de tenir sa comptabilité en ordre. Les professionnels du domaine fiscal doivent recommander les meilleures pratiques de gestion et suggérer des moyens stratégiques pour réduire les coûts et à atténuer les risques tout en améliorant les bénéfices. Pour faire face à ces changements, les pratiques comptables et les possibilités financières évoluent chaque jour, nous permettant d’améliorer la façon dont nous gérons les projets et dont nous nous livrons nos services d’une perspective du haut vers le bas et dans une vision circulaire des choses.
Animateur/Conférencier : Rob Campbell, directeur national des services aux Autochtones, MNP
Conférencier : Clayton Norris, CMA, CPA, GFAA, MBA, vice-président, Services aux Autochtones, MNP
 
Atelier R  Leadership - Bâtir des communautés autochtones durables
Salle East Ballroom A, Niveau Convention
Trois leaders visionnaires discuteront des institutions des Premières Nations qui ont développé des outils pratiques modernes pour les gouvernements des Premières Nations :
1. Commission de la fiscalité des Premières Nations – assure l’intégrité du régime fiscal des Premières Nations;
2. Conseil de gestion financière des Premières Nations–établit des normes de gestion financière qui font place aux principes qui sous-tendent des pratiques solides et transparentes;
3. Administration financière des Premières Nations – permet aux Premières Nations d’emprunter de n’importe quelle source sécurisée de revenu à des taux inférieurs comparativement au financement traditionnel.

Ces institutions énormes permettent de contrer les obstacles rencontrés par les Premières Nations lorsqu’elles souhaitent attirer des investissements sur leurs territoires :
Il en coûte 2 à 3 fois plus cher de financer des infrastructures sur les terres des Premières Nations ;
Il en coûte 4 à 5 fois plus cher de faire des investissements sur les terres des Premières Nations ; et
Manque de confiance des investisseurs, incertitude législative, informations financières et statistiques non disponibles, etc.
Ces leaders discuteront de la façon dont ces institutions ont surmonté ces obstacles et comment ils se sont adaptés aux défis et aux besoins du futur.
Conférenciers: Harold Calla, FCPA, FCGA, GFAA, président de l’exécutif, Conseil de gestion financière des Premières Nations
Ernie Daniels, GFAA, président et chef de la direction, Administration financière des Premières Nations
Manny Jules, commissaire en chef, Commission de la fiscalité des Premières Nations
 

Atelier S 
Développement des affaires et commerce – L’avenir des énergies renouvelables
Salle East Meeting Room 1, Meeting Level
En 2015, Black River Development Corporation (BRDC), a dirigé une initiative conjointe avec deux autres Premières Nations et ils ont réussi à négocier un contrat avec Manitoba Hydro d’une valeur de plusieurs millions de dollars. « BRDC » a été le négociateur principal pour le projet « Amélioration du système Lac Winnipeg Est ».  BRDC négocié le contrat « d’entrepreneur principal » dans les phases 1 et 2 et est devenu un sous-traitant en phase 3, durant deux hivers. Historiquement, les emplois offerts aux Premières Nations étaient des emplois manuels ou des emplois de débroussailleurs. Or, cette fois-ci, nous avons exigé de participer pleinement à ce projet. L’expérience a prouvé qu’en travaillant collectivement en tant que Premières Nations, nous avons plus de pouvoir pour devenir une force puissante.
SEN'TI est à l’avant-garde de l’innovation pour fournir les moyens d’exploiter le potentiel des sources d’énergies renouvelables dans l’ensemble des territoires autochtones. Leur vision est de poursuivre et de promouvoir des projets de qualité en matière de développement de l’énergie avec une expertise sur les énergies renouvelables qui comprennent l’énergie solaire, la biomasse, l’éolien et l’hydroélectricité. SEN'TI est une fière entreprise fière Mi'gmaq dont la philosophie repose sur une base solide de confiance, l’honnêteté, l’intégrité et la responsabilité sociale et environnementale. D’origine modeste, SEN'TI cherche à devenir un chef de file des services environnementaux et la compagnie s’efforce de fournir des solutions logiques et pragmatiques. SEN'TI décrira les leçons tirées de son expérience à la défense de projets d’énergies renouvelables et à la recherche de solutions par l’établissement de relations entre les communautés autochtones, les partenaires provinciaux et les autres intervenants du domaine des énergies renouvelables.
Conférenciers : Troy Jerome, président et chef de la direction, SEN'TI Environmental & Aboriginal Services
Patricia Mitchell, Première Nation de Black River 
 
 
Atelier T 
Administration communautaire - La réconciliation en Australie : réglementation des services financiers et plan d’action
Salle East Ballroom C, Niveau Convention
La “Australian Securities and Investments Commission (ASIC)” est le régulateur des services corporatifs et des marchés des services financiers en Australie. Venez en savoir plus sur la façon dont le programme autochtone de l’ASIC a été créé en reconnaissance des problèmes particuliers rencontrés par les consommateurs autochtones dans le secteur des services financiers après avoir été victimes de pratiques d’entreprises sans scrupules. Ce programme vise à bâtir des relations, une meilleure compréhension et une confiance entre le secteur des services financiers et les consommateurs autochtones. Il viser aussi à améliorer les connaissances sur notre main-d'œuvre ainsi que sur la capacité financière vers le développement durable d’une communauté, qui sont des éléments de base d’une réconciliation.
Le panel discutera de la façon dont la conformité, l’application, l’élaboration de politiques, les liens avec l’industrie et la structuration de la capacité financière sont des essentiels à un marché équitable auprès des consommateurs confiants et informés. Le panel présentera des études de cas pour illustrer comment l’ASIC a pris des mesures devant les tribunaux pour que les entreprises qui abusent des communautés autochtones soient tenues responsables de leurs actions. Le cheminement du lien entre la communauté, l’industrie et le gouvernement permettra d’illustrer la réalité de la communauté. Les panélistes discuteront également de l’importance de la capacité financière et de la façon ils ont développé des ressources en utilisant des concepts ou des modèles communautaires autochtones pour s’assurer que la communauté puisse comprendre et défendre ses droits. 
En 2016, Australian Unity a lancé son premier plan d’action de réconciliation pour bâtir des relations plus solides avec la clientèle, les communautés et les entreprises autochtones. Cette présentation explorera les éléments permettant d’instaurer la confiance comme principe de base de relations respectueuses et elle abordera l’importance de permettre aux personnes expérimentées au sein d’une organisation de s’exprimer pour mener à des résultats positifs. Les panélistes ont rejoint un réseau bien établi d’organisations qui ont développé et mis en œuvre un plan d’action de réconciliation afin de tisser des liens plus forts avec les premiers peuples de l’Australie. Les panélistes discuteront de l’importance de travailler au sein d’un système pour changer ce système, de se faire des alliés et de s’assurer que la communauté soit au cœur des processus décisionnels.
Conférenciers : Nathan Boyle, analyste principal - Indigenous Outreach Program, Australian Securities & Investments Commission, Australie
Benson Saulo, directeur, Group Indigenous Opportunities (occasions d’affaires pour les Autochtones), Australian Unity, Australie
 

Atelier U  
Administration communautaire - Administration publique autochtone, édification des Nations et partenariats authentiques
Salle East Meeting Room 8, Meeting Level
Loi sur les Indiens de 1876 (Canada) et la loi américaine « U.S. Indian Reorganization Act » de 1934 ont nié aux Nations autochtones leurs propres systèmes de gouvernance en imposant les systèmes de gouvernance occidentaux. Ceci a conduit à des résultats qui placent les populations autochtones au bas de l’échelle de la presque totalité des indicateurs de bien-être.
Le projet de Harvard sur le développement économique autochtone aux États-Unis (American Indian Economic Development - HPAIED) vise à comprendre les facteurs impliqués dans la création d’un développement économique et social durable et autodéterminé des Nations autochtones. Le projet HPAIED suggère que cinq piliers sont nécessaires pour des communautés prospères : une souveraineté dans leurs pratiques, des institutions qui possèdent les capacités, une adaptation culturelle adéquate, une orientation stratégique et un leadership solide.
Un aperçu des programmes en administration publique établis et émergents aux États-Unis et au Canada sera présenté, mettant en évidence des études de cas comme celui du conseil tribal de File Hills Qu’Appelle basé sur un système de gouvernance autochtone. Un nouveau partenariat international entre trois institutions, soit la First Nations University of Canada (Université des Premières Nations du Canada), la Johnson Shoyama Graduate School of Public Policy (École des politiques publiques Johnson Shoyama) et le Dr. Manly Begay, co-directeur du projet HPAIED, illustrera comment la théorie, une fois mise en pratique, développe la capacité des ressources humaines au sein des Nations autochtones.
Des partenariats authentiques entre les Autochtones et les entreprises et les organisations non autochtones tant au Canada qu’à l’étranger nécessitent une planification unique et des efforts. Ce qui n’est pas bien compris est le niveau de partenariat des entreprises autochtones ou les stratégies et les pratiques nécessaires pour construire des « partenariats authentiques et à long terme avec les Autochtones ». Cette présentation portera sur le modèle de partenariat en sept points : une approche basée sur les compétences, des « vidéocapsules » et des études de cas et une analyse du rendement de l’engagement. Une étude récente a révélé que 85 % "des entreprises canadiennes se désengagent. De nouvelles stratégies sont nécessaires pour surmonter « l’écart en termes d’engagement » et pour développer les compétences nécessaires pour créer des partenariats authentiques.
Conférenciers : Edmund Bellegarde, Chef tribal, Conseil tribal de File Hills Qu’Appelle 
Dr. Bob Kayseas, vice-président adjoint des études, First Nations University of Canada (Université des Premières Nations du Canada)
Dr. Jaime M.N. Lavallee, directeur de la gouvernance autochtone, Secteur des lois et politiques, Conseil tribal de File Hills Qu'Appelle 
Kelly J. Lendsay, président et chef de la direction, Indigenous Works
 
 
 

Séances d'Information
8
La gestion de la richesse des Premières Nations à travers la bonne gouvernance
Salle East Meeting Room 2, Meeting Level
Des changements historiques sont en cours dans les communautés autochtones au Canada avec la mise sur pied de fiducies résultant de règlements de revendications territoriales, du développement économique, des ententes de répercussions et avantages et d’autres occasions d’affaires provenant du partage des ressources. Grâce à nos relations établies à travers le Canada, nous savons que les revenus et les immobilisations générés permettent aux fiducies créées d’avoir le potentiel de transformer une communauté en une entité qui est non seulement financièrement durable mais qui est également une entité autonome seulement si elle est gérée de façon efficace. Des cas réels vous seront présentés lors de cette séance, dans lesquels une gestion de la richesse a été mise entre mauvaises mains et d’autres exemples dans lesquels les avantages des bonnes pratiques de gouvernance sont utiles à la création de la richesse.
Animateur : Jeff Frketich, FCPA, FCGA, CFA, AVP – Services de fiducie, Peace Hills Trust
Conférenciers : Ken Blair, partenaire, Nation Crie de Chemawawin
Georgina Villeneuve, MBA, MTI, vice-présidente – Services de fiducie, Peace Hills Trust


Séances d'Information
9 
Revoir les politiques relatives à la comptabilité pour la valorisation du patrimoine culturel immatériel et des actifs de propriété
intellectuelle des Premières Nations

Salle East Meeting Room 12, Niveau Meeting
Cette présentation aborde une question d’importance économique et sociale pour les peuples des Premières Nations dans le monde entier, c’est-à-dire l’exploitation de la propriété intellectuelle, immatérielle et culturelle autochtone (PIIC) sans les avantages financiers et sociaux qui y sont rattachés.
Au plan international, la PIIC est reconnue par l’UNESCO où elle est définie comme « les pratiques, représentations, expressions, connaissances, compétences – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, groupes et, dans certains cas, les individus, reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel ».  La présentation vise à encourager une nouvelle façon de penser concernant la contribution des organismes des Premières Nations à la productivité en remettant en cause les mesures de rendement standards occidentalisées pour tenir compte du point de vue et des valeurs des peuples autochtones.
Il existe un argument qui dit que les théories du développement durable et de la responsabilité sociale des entreprises en matière de recherche sont utiles dans les domaines de la comptabilité, de la gestion financière ainsi que dans les politiques et les pratiques en matière de vérification comptable. Les recommandations comprennent le développement d’un modèle de comptabilité taillé sur mesure qui incorpore les mesures culturelles, sociales et environnementales qui permettraient d’identifier tout ce qui affecte la gestion réussie des organisations autochtones et qui mettrait en valeur la PIIC et les éléments patrimoniaux culturels à l’aide d’un système de pointage, de l’analyse du cycle de vie, de service d’écosystèmes et de la méthode d’évaluation de contingence. Ensemble, ces approches feront la promotion de la prise de décisions et de la participation informée, elles promulgueront des résultats plus durables afin de maximiser la participation sociale et économique dans la société et amélioreront la santé et le bien-être des Premières Nations dans le monde.
Conférencière : Kerry Bodle, professeure, Griffith Business School, Griffith University, Australie
 
   
Séances d'Information
10
Education - Le programme d’administrateur autochtone professionnel accrédité (AAPA)
Salle East Meeting Room 11, Meeting Level
Joignez-vous à cette séance d’information pour en savoir plus sur le programme d’AAPA. Le programme d’AAPA a été conçu pour accréditer les cadres supérieurs, les gestionnaires et les aspirants administrateurs œuvrant dans les communautés autochtones et les organisations sur réserve, hors réserve et dans les milieux urbains, ruraux et éloignés. En utilisant les compétences de base mises au point avec la participation d’administrateurs à travers le pays, ce programme offre de nouvelles possibilités pour les personnes qui désirent être officiellement accréditées, certifiées et reconnues pour leur travail professionnel de tous les jours. Cette session présente les trois différentes façons de d’obtenir l’accréditation d’AAPA : (1) les programmes de cours en ligne d’AAPA ; (2) le programme en personne d’AAPA ; (3) le programme d’évaluation des connaissances et de reconnaissance des acquis. Tous les cours sont admissibles à l’obtention de crédits de l’Université de Thompson Rivers et de l’Université du Cap-Breton.
Conférencier : Simon Brascoupé, MA, AAPA, GSPN, vice-président, Éducation et Formation, AFOA Canada
 
   

 
16h30 – 17h45 Assemblée générale annuelle d’AFOA Canada
Salle East Meeting Room 2, Meeting Level
   

18h00 – 20h00 Réception Banque TD - sur invitation seulement
Hôtel Pan Pacific, Suites Oceanview 5-8, Niveau Restaurant/Gallery

Commanditée par : [Groupe Banque TD] 

 

 
 

 

Jeudi Le 5 octobre 2017

    7h00 – 7h30
Cérémonie de lever du soleil
Salle East Meeting Room 20, Meeting Level

 
  7h30 – 12h15
Inscription
Foyer East Convention Lobby

Commanditée par : [Higgins Executive Research]

 
  7h30 – 8h30
Petit déjeuner continental de réseautage / Visitez les exposants et le Café technologique Xerox 
Salle East Exhibition Hall B, Niveau Convention

Café technologique commandité par : Xerox Canada

 

 
  8h30 – 10h00
Bienvenue / Plénière
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention

Bienvenue : Chef Wayne Sparrow, Première Nation Musqueam
   
Plénière Développement des capacités: développer le potentiel chez les Autochtones
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention
Pour atteindre les objectifs de la communauté, il doit y avoir un investissement dans le capital humain. Ce panel abordera comment ils ont poursuivi le développement des capacités à un niveau individuel et institutionnel. Quelles différences existent entre les approches des différents pays ?  Quels sont les éléments clés pour développer ce type de plan pour veiller à ce qu’une communauté possède le capital humain en mesure d’atteindre ses objectifs stratégiques ?   Comment une communauté peut-elle garantir qu'elle peut conserver ce niveau de compétence dans le futur ?

Allocution : John Beaucage, président des fiduciaires, Fonds pour les logements du marché destinés aux Autochtones

Partie 1 – Conférencière invitée

Conférencière invitée : Amanda Young, directrice générale, First Nations Foundation, Australie

Partie 2 – Discussion en table ronde
Panélistes : Bill Lomax, vice-président, Goldman Sachs, États-Unis
Chef Nathan Matthew, Première Nation de Simpcw, Canada
Elizabeth Richards, présidente de Nga Kaitatau Maori o Aotearoa , Accountants Australia and New Zealand (association des comptables autochtones de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande) et membre du comité du Congrès
Amanda Young, chef de la direction, First Nations Foundation, Australie

Plénière commanditée par : [Fonds pour les logements du marché destinés aux Autochtones]


 
  10h00 – 10h30
Pause et rafraîchissements / Visitez les exposants et le Café technologique Xerox 
Salle East Exhibition Hall B, Niveau Convention

 
  10h30 – 12h00
ATELIERS EN SIMULTANÉ et SÉANCES D’INFORMATION
  Atelier  V 
Gestion financière – Investissements responsables et durables
Salle East Meeting Room 1, Meeting Level
L’investissement responsable est une approche conçue pour correspondre aux valeurs sociales et environnementales de la communauté. L’investissement responsable ajoute une couche de diligence raisonnable pour envisager la performance d’une entreprise sur les questions sociales, les questions environnementales et sur les questions relatives à sa gouvernance et sa structure.
Les partisans de l’investissement responsable croient qu’une discipline d’investissement qui prend en considération les questions environnementales, sociales et de gouvernance conduit à des rendements financiers concurrentiels à long terme et à un impact positif sur la société. Le terme « investissement éthique » est utilisé pour désigner les bonnes intentions des investisseurs qui cherchent à investir leurs fonds de manière éthique et socialement responsable. Les participants en sauront davantage sur les facteurs relatifs à l’environnement, au niveau social et à la gouvernance qui mettent l’accent sur l’inclusion de de ces considérations. 
Les intervenants clés sont de plus en plus tournés vers des stratégies d’investissement durables ou responsables. Cette session aidera à démystifier certaines des modalités et stratégies utilisées par les propriétaires et les gestionnaires d’actifs et permettra de discuter des diverses manières d’intégrer les facteurs relatifs à l’environnement, au plan social et à la gouvernance aux pratiques d’investissement dans votre fiducie.
Conférenciers: Gerald Allaye-Chan, vice-président senior, gestionnaire de portefeuille, clients privés, Worth Allaye-Chan Investment Counsel / Raymond James
Mark Fattedad, associé, Jarislowsky, Fraser Limited
Brian R. Worth, vice-président senior, gestionnaire de portefeuille, clients privés, Worth Allaye-Chan Investment Counsel / Raymond James
 
  Atelier W 
Leadership 
- Développement économique et culturel durable – Histoires à succès
Salle East Ballroom B, Niveau Conventio
n
La Première Nation de Westbank est située dans la magnifique vallée de l’Okanagan, territoire traditionnel des Syilx. Reconnue pour son leadership visionnaire et progressif, son autonomie gouvernementale et sa réussite économique, la Première Nation de Westbank expliquera son territoire, son système de location et sa commission de développement économique, la première commission de développement économique autochtone au Canada. La valeur totale de ses propriétés est évaluée à plus de 1,6 milliard de dollars, incluant un terrain qui possède la plus grande superficie en pieds carré pour la vente au détail et le développement commercial dans une réserve au Canada. Ses revenus proviennent à 42 % des taxes acquittées par des entreprises commerciales et par d’autres projets de développement. La Première Nation de Westbank est actuellement partenaire de deux centres commerciaux et partenaire de certains développements et propriétés hors réserve. Ses revenus ont permis à la Première Nation de Westbank d’ouvrir de nouveaux parcs situés près des plages ainsi que de construire une maison des jeunes d’une valeur de 5,5 millions de dollars. Elle explore la possibilité d’agrandir son école primaire. La Première Nation de Westbank réfléchit à d’autres occasions d’affaires pour le futur.
La Première Nation de Doig River a entrepris un parcours agressif d’initiatives pour améliorer considérablement ses opérations actuelles et pour se définir une base solide de prospérité future. La présentation donnera un aperçu des réalisations que la Nation, en accordant une attention particulière aux leçons tirés telles que le développement de sa propre loi sur l’administration financière, la prise en charge par le développement professionnel (AAFA) pour augmenter la capacité de gestion financière de son équipe de direction et la signature d’ententes de répercussions et avantages avec l’industrie locale, en distinguant ses affaires commerciales de la politique. Le Chef et le Conseil de Doig River ont adopté une pratique de transparence et d’imputabilité. Toutes les décisions financières majeures se prennent aux assemblées communautaires. De plus, la communauté a constitué une base solide pour un développement économique durable en documentant son histoire et de ses traditions. L’avenir de la communauté est basé sur le sain respect et sur une promotion des savoirs traditionnels, des pratiques et des valeurs culturelles.
Conférenciers: Nelson Derickson, président, Commission de développement économique, Première Nation de Westbank
Eric Fleury, directeur du budget et des rapports financiers, Première Nation de Westbank
Chef Trevor Makadahay, Première Nation de Doig River 
Shona Nelson, directrice générale, Première Nation de Doig River  

  Atelier X 
Développement des affaires et commerce - Les expériences des communautés autochtones dans le secteur de l’énergie
Salle East Meeting Room 8, Meeting Level
Le premier ministre a chargé son gouvernement d’améliorer l’engagement des groupes autochtones à l’examen et au suivi des projets majeur sen matière de développement des ressources. L’Indian Resource Council (IRC) peut offrir une assistance au gouvernement afin d’atteindre ces objectifs.
En Amérique du Nord, les projets de pipeline et autres projets de ressources naturelles font face à l’opposition des communauté autochtones qui cherchent un siège à la table de prise de décision pour les projets ayant une incidence sur leurs communautés. À ce jour, les négociations concernant une compensation appropriée pour les communautés autochtones ont été difficiles étant donné l’absence de cadre pour entamer et orienter les débats. En octobre 2016, l’Indian Resource Council (IRC) a organisé une conférence à Calgary pour chercher une solution à long terme.
La présentation par MNP se concentrera sur des projets linéaires qui sont des projets de chantiers répétitifs tels que des projets de routes, de pipelines et de lignes électriques. Presque tous les grands projets linéaires traversent plusieurs traités traditionnels, réserves ou territoires traditionnels où le titre autochtone exigent une consultation ou une considération valable.
Il y a plusieurs grands projets économiques prévue actuellement au Canada. Certains de ces projets sont si grands qu’ils ont des impacts sur les territoires traditionnels de plusieurs Premières Nations. Le CGFPN a été approché par certaines Premières Nations qui sont intéresseds par une participation économique significative dans le développement de l’énergie et des ressources dans leurs territoires traditionnels. Le CGFPN discutera de leur expérience et des leçons apprises dans le secteur de l’énergie dans une perspective d’avenir.
Conférenciers : Chef Joe Bevan, Première Nation de Kitselas
Stephen Buffalo, président et chef de la direction, Indian Resource Council
Harold Calla, FCPA, FCGA, GFAA, président de l’exécutif, Conseil de gestion financière des Premières Nations
Clayton Norris, CMA, CPA, GFAA, MBA, vice-président, Services aux Autochtones, MNP
 
  Atelier Y 
Administration communautaire - La nouvelle relation financière entre la Couronne et les Premières Nations : Que se passe-t-il et où va-t-on?
Salle East Ballroom A, Niveau Convention
Au cours de la dernière année, des discussions ont eu cours entre l’Assemblée des Premières Nations (APN) et la Couronne sur la nouvelle relation financière. Les domaines spécifiques de discussion comprennent le financement suffisant, prévisible et durable à long terme. Ainsi, AANC a récemment mis au point la Stratégie nationale du développement communautaire autochtone. En appui de l’élaboration de la stratégie, le ministère s’est engagé avec des mentors des Première Nations pour travailler avec les communautés autochtones. L’engagement avec ces mentors a mis l’accent sur ce les points importants de la stratégie pour les communautés des Premières Nations. Cette approche d’engagement a mené à une stratégie qui supportera mieux les besoins des Premières Nations en ce qui concerne l’urbanisme, afin que toutes les Premières Nations soient en mesure de planifier et de réaliser les meilleurs résultats. L’objectif de la stratégie est d’avoir un impact positif sur tous les communautés autochtones pour qu’elles deviennent des entités autonomes.
Conférenciers : Lyle Henderson, directeur, secteur de la gouvernance, Affaires autochtones et du Nord Canada
Dan Wilson, conseiller senior, Assemblée des Premières Nations 

  Atelier Z
Milieu de travail sain/ressources humaines - Édification de la Nation par le biais du renforcement des capacités humaines
Salle East Ballroom C, Niveau Convention
Avec un potentiel de grande prospérité à l’horizon, il est plus important que jamais d’accélérer les capacités de leadership et de gestion. Mais quels sont les domaines relatifs aux capacités de gouvernance, de transparence et de responsabilisation qui peuvent aider les « leaders » à se développer et quelles compétences sont nécessaires pour aider les communautés et les organismes à se développer ? En quoi les capacités humaines sont-elle financées et où sont les lacunes ? Voici quelques-unes des questions qui seront explorées.
Il reste beaucoup de travail à faire pour relever les défis socioéconomiques auxquels font face les peuples autochtones au Canada et à l’étranger. Par le biais du processus de recherche, Urban Matters CCC s’efforce d’améliorer les programmes de développement des capacités humaines et le financement rattaché. 
La présentation portera aussi sur les leçons apprises, les outils et les pratiques exemplaires que Kanuu Innnovation Society a apprises par le biais d’ateliers intensifs, du coaching en ligne et de l’accès au financement d’immobilisations à vocation sociale.
Le secteur commercial autochtone en Australie a été comparé à un « géant endormi » en raison du potentiel se trouvant sous la surface. Les conférenciers discuteront de réveiller ce géant tout en insistant sur le fait qu’il est essentiel d’avoir plus d’Autochtones comptables. L’occasion est là, les Autochtones en Australie ont droit à 40 % de l’Australie avec les revendications et en revendiquent 20 % en plus. Les conférenciers expliqueront pourquoi nous avons besoin de plus de comptables autochtones pour libérer ce potentiel.
Des études révèlent que le plus fréquent motif d’échec parmi les sociétés autochtones est l’inexistence des processus ou des dossiers financiers. Les sociétés qui vivent un échec souffrent souvent d’une mauvaise gestion, d’une mauvaise gouvernance et dans certains cas, de détournements financiers. Pour que les entreprises autochtones puissent bâtir une prospérité des actifs pour lesquels elles se sont battues, elles doivent développer une expertise financière et une gouvernance autochtones.
Conférenciers : Richard Hurst, directeur des relations, Stratégies auprès des Autochtones, Indigenous Accountants Australia, Australie
Mark Jones, directeur de projet, Indigenous Accountants Australia, Australie
Danielle Levine, directrice générale, Kanuu Social Innovations
Trina Wamboldt, directrice générale, Urban Matters CCC
 
  Séances d’Information 
11

Éducation - Faire valoir le potentiel des cliniques de l’impôt sur le revenu
Salle East Meeting Room 2, Meeting Level
La nouvelle prestation pour enfants Canada 2017 signifie que beaucoup de familles avec des enfants de moins de 18 ans peuvent s’attendre à voir un plus grand nombre de familles bénéficier du paiement qui stimule leur revenu. Le gouvernement fédéral estime que le taux de déclaration d’impôt dans les réserves est d’environ 50 pour cent. Par conséquent, il est à craindre que beaucoup de familles autochtones se privent de cette prestation et des autres avantages. Le programme communautaire des bénévoles en matière d’impôt (PCBMI) et les Super cliniques sont des moyens pour que les communautés et les organisations autochtones aident les aînés, les membres des familles et les jeunes dans leurs déclarations de revenus et pour qu’ils accèdent aux avantages auxquels ils ont droit. Dans cette séance, nous puiserons dans la recherche dans les meilleures pratiques émergentes pour :
Augmenter le taux de déclaration d’impôt et l’accès aux prestations ;
Accéder aux prestations ;
Éducation au mieux-être financier ; et
Présenter les meilleures pratiques relatives au PCBMI les leçons apprises.
Conférencières : Laura Eastman, CFP, Lorna Eastman Financial
Nene Kraneveldt, MA, Imagination FX
Karen Martin, conseillère régional de la visibilité, Direction générale de cotisation, de prestation et de service
Agence du revenu du Canada 

  Séances d’Information 
12
 
Éducation - Mettre fin au modèle d’enseignement traditionnel par niveau
Salle East Meeting Room 12, Meeting Level
L’engagement de Ernst & Young avec les écoles et les universités, dans le monde et en Australie a mis en évidence que nous devons adopter une approche de société innovante pour nous engager et doter les communautés autochtones des compétences en leadership et obtenir la confiance. Les universités australiennes ont trouvé que le modèle traditionnel de diplôme et de niveau scolaire ne répond pas aux besoins des élèves autochtones, qui s’alignent davantage sur une tendance plus large des distinctions floues entre l’entreprenariat, la formation professionnelle et l’université. Le résultat sera un avenir où les étudiants autochtones ont davantage d’options et de voies pour réussir.
Le leadership stratégique en Australie chez les Autochtones n’a jamais été aussi important :
5 % des Autochtones en Australie ont obtenu un baccalauréat ou un diplôme supérieur, comparativement à 21 % des autochtones en Australie (2006);
2.2% de la population australienne est composée d’Autochtones;
1.4% des inscriptions à l’université sont des personnes autochtones (2010).
L’avenir réside dans l’utilisation et l’accès au contenu de la formation numérique, qui permet de s’engager avec les penseurs de classe mondiale. Mais comment pouvez-vous engager les apprenants autochtones à embrasser ce style? Ernst & Young souhaite combler cette lacune et démontrer la pertinence de l’état d’esprit corporatif en Australie rurale.
Conférenciers : Tracy Deveugle-Frink, directrice, Ernst & Young, The University of Western Australia, Australie
Robert Knott, consultant senior, Ernst & Young, Australiw 

  Info Session 13 Éducation – Faire preuve de bon sens
Salle East Meeting Room 11, Meeting Level
En se concentrant sur l’amélioration de la prise de conscience financière et la compréhension des jeunes autochtones dans les écoles primaires et secondaires, cette séance d’Information met en évidence ce que vous devez savoir sur les modules du programme Dollars & Sense (« Faire preuve de bon sens ». Le contenu important parmi les thèmes abordés dans les deux modules mis au point pour les jeunes autochtones dans les classes de 11e et de 12e années (module école secondaire) et des niveaux 7e et 8e années (module école primaire) comprend: la gestion efficace de l’argent, l’épargne, la définition des objectifs et la budgétisation, la prise de conscience des achats et de la consommation, les opérations bancaires et les carrières dans le milieu de la finance. AFOA Canada reconnaît le soutien généreux du Groupe Banque TD pour le développement de ce programme.
Conférencière : Patricia Debassige, coordonnatrice de l’éducation et de la recherche, AFOA Canada
 

  12h15 – 14h30
Déjeuner et allocutions de clôture
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention

Les relations d’affaires avec les Autochtones: nos façons de faire changeront le monde
Conférencier : Shawn Andrews
,  directeur et fondateur, Indigicate Pty Ltd, Australie

Animation et divertissement : Scott Ward, humoriste et hypnotiseur

Coprésidents du Congrès : Miriam Jorgensen, M.P.P., Ph.D, chercheuse, Udall Center, directrice de recherche, Native Nations Institute, Udall Center for Studies in Public Policy, Université de l’Arizona, États-Unis
Harold Tarbell, Mohawk d’Akwesasne, propriétaire d’entreprise/modérateur principal, Tarbell Facilitation Network

Terry Goodtrack, MPA, B.Admin, CPA, CGA, GFAA, AAPA, C. Dir., président-directeur général, AFOA Canada

Tirage parmi les visiteurs de la foire des exposants. VOUS DEVEZ ÊTRE PRÉSENT POUR GAGNER !

Tirage commandité par : [Air Canada]



  14h30 – 17h30
Temps libre pour les participants

  17h30 – 18h30
Réception du président
Salle East Ballroom C, Niveau Convention

Animation et divertissement : Murray Porter

 

  18h30 – 23h00 
Banquet, remise de prix et des diplômes aux GFAA et AAPA
Salle East Exhibition Hall A, Niveau Convention

Spectacle pré-banquet : Eagle Song Drummers and Dancers

Présentation du Prix d’excellence MNP-AFOA pour une communauté autochtone
Présentateur : Clayton Norris, CPA, CMA, GFAA, vice-président, Services aux Autochtones, MNP
Prix commandité par : [MNP]

Remise des diplômes aux GFAA et AAPA
Allocution : Giles Newman,
associé et coprésident des Services nationaux aux Autochtones, BDO Canada
Remise des diplômes commanditée par : [BDO Canada]

Spectacle : Bitterly Divine
Spectacle commandité par : [BMO Banque de Montréal]